Rechercher
  • Sébastien Magnier

Syndrome de conflit antérieur et postérieur de la cheville


Anatomie et biomécanique

Le talus est l’os qui fait la jonction ente le tibia et le pied. Il ne porte aucune insertion tendineuse ou musculaire mais beaucoup d'insertions ligamentaires. Les tendons sont des porte-vaisseaux, le talus est donc très mal vascularisé.

La queue du talus est sus-calcanéenne et pré-achilléenne, elle est bituberculée (le tubercule postéro-latéral est plus gros). Le tendon du long fléchisseur de l'hallux (gros orteil) passe dans la gouttière entre les deux tubercules postérieurs. Il est possible que durant l’adolescence, un de ces tubercules ne fusionne pas avec le talus. On l’appelle alors os trigone.

Le talus transmet le poids du corps vers le calcaneum et vers le naviculaire (puis les cunéiformes et les métatarsiens). Les têtes de métatarsiens sont en contact avec le sol.


Epidémiologie

Aucune donnée

Mais plutôt sportifs, jeunes, footballeurs, tennisman, sports où il y a des sauts et surtout danseurs classiques.



Mécanisme

Dans une étude de NIEK VAN DIJK[1] en 2006, nous apprenons que le conflit antérieur de la cheville est la conséquence d’une (hyper) dorsiflexion récurrente. Il y a une douleur à la palpation au niveau de l’articulation antéro-médiale ou antéro-latérale. Un gonflement ou une limitation de la flexion dorsale sont présents. Les conflits postérieurs de la cheville sont caractérisés par une douleur à l’arrière-pied lors d’une flexion plantaire maximum. Un traumatisme ou une surutilisation peuvent en être la cause. Le mécanisme du traumatisme est une hyperflexion plantaire ou une lésion de flexion plantaire d'inversion combinée. Les blessures par surutilisation surviennent généralement chez les danseurs de ballet et les coureurs de descente, qui signalent une douleur à la palpation à la face postéro-latérale du talus. Sur les radiographies simples, un os trigone ou un processus postérieur hypertrophique du talus peut être détecté. La prise en charge chirurgicale implique l'ablation de l'os trigone, du tissu cicatriciel ou du processus talien postérieur hypertrophique. En cas de conflit osseux postérieur combiné et de tendinopathie long fléchisseur de l'hallux, une libération du fléchisseur long de l'hallux est réalisée simultanément.




HENDERSON et coll.[2] ont fait, en 2004, une étude sur 62 patients, identifiés entre janvier 1990 et décembre 2003, présentant un conflit antérieur et postérieure en même temps, ce qui est rare. Il se trouve que 94% (58) d’entre eux avait eu une ou plusieurs entorses de cheville en inversion. La kinésithérapie avait échoué chez tous les patients. Lors du traitement chirurgical, HENDERSON et coll. constatèrent des lésions du plafond tibiale antérieures et une compression des tissus mous. Ils retrouvèrent également la présence d’un os trigone ou d’un tubercule postéro-latéral du talus important. Le traitement chirurgical (arthroscopie) a eu d’excellent résultats dans 81% des cas (47).


Attention

En 2019, KUSHARE et coll.[3] ont fait une étude sur le retard de diagnostic du syndrome de conflit postérieure de la cheville chez l’enfant. L’étude comprenait 35 patients pour 46 chevilles, il y avait donc des atteintes bilatérales. Parmi eux 71% (25) avaient déjà vu plusieurs prestataires médicaux et reçu plusieurs autres diagnostics. Il s’avère que sur les 32 chevilles ayant subi une IRM, les résultats les plus courants comprenaient l'os trigone (47%) et un tubercule postérieur volumineux (47%).



En conclusion

Le syndrome de conflit antérieur de la cheville résulte d’une (hyper) dorsiflexion récurrente. Le syndrome de conflit postérieur de la cheville fait suite à un traumatisme en hyperflexion plantaire ou une lésion de flexion plantaire d'inversion combinée.

Une entorse de la cheville en inversion peut en être la cause sur du long terme.

Une cheville présentant un os trigone ou un tubercule postérieur volumineux est un terrain favorable à la survenue d’un syndrome de conflit.


[1] Niek van Dijk C. Anterior and posterior ankle impingement. Foot Ankle Clin. 2006;11(3):663-683. doi:10.1016/j.fcl.2006.06.003 [2] Henderson I, La Valette D. Ankle impingement: combined anterior and posterior impingement syndrome of the ankle. Foot Ankle Int. 2004;25(9):632-638. doi:10.1177/107110070402500907 [3] Kushare I, Kastan K, Allahabadi S. Posterior ankle impingement-an underdiagnosed cause of ankle pain in pediatric patients. World J Orthop. 2019;10(10):364-370. Published 2019 Oct 18. doi:10.5312/wjo.v10.i10.364

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout